Modernisation d’un atelier de délavage

SEC Corp s’engage aux côtés de ses ouvriers et délavera désormais vos jeans grâce à un procédé chimique complètement novateur. Les déchets seront emportés au loin par le Nil.

  • 163% Des financements
  • 897 928 € Récoltés
  • 954 Jours restants
  • 1234 Participants
  • 90 193€ Récoltés
  • 1148 Jours restants

Ce que nous avons fait pour lutter contre les produits toxiques en 2013

SEC Corp - Men VS Wild : et à la fin, c’est l’homme qui gagne

Parce que les procédés actuels de sablage à haute pression sont si abrasifs et nocifs qu’ils peuvent entraîner des maladies graves telles que des affections pulmonaires, SEC Corp a décidé de moderniser ses ateliers de production égyptiens. Dorénavant, vos jeans de mode seront délavés chimiquement, par une solution concentrée de permanganate de potassium et de chlore. Cette nouvelle méthode, qui consomme près de 10 000L d’eau et un kilo de produits chimiques par jean, génère certes des quantités considérables de déchets toxiques mais grâce au Nil adjacent nous serons en mesure de continuellement nous en débarrasser et préserver ainsi la santé, mais surtout la productivité, de nos ouvriers. Non, rien n’est plus précieux qu’une vie humaine.

Le nouveau procédé de délavage nécessite du chlore et du potassium en grande quantité.

Campagne : Toxiques

Pas moins de 70% des rivières, des lacs et des réservoirs en Chine et au Mexique sont touchés par la pollution des eaux. Depuis plusieurs années, Greenpeace enquête sur les usines textiles qui déversent des produits chimiques dangereux dans nos rivières.

Des enquêtes menées ces trois dernières années ont révélé la présence de substances chimiques toxiques dans des articles vestimentaires de nombreuses grandes marques internationales. Ces substances sont rejetées dans les cours d’eau, pendant la fabrication ou après lavage, et s’accumulent dans les rivières ou les boues d’épuration. Elles sont ensuite susceptibles de provoquer des dérèglements hormonaux ou des cancers. Ces produits chimiques constituent une grave menace pour la santé humaine et l’environnement, empoisonnant de précieux cours d’eau dans le monde entier.

Nos vêtements, nous les choisissons. Ils reflètent qui nous sommes... Ils ne devraient pas être une menace.

Car les profits vont aux entreprises internationales, comme l’américain Herakles Farms au Cameroun, au détriment des communautés locales, qui risquent de voir leurs conditions de vie se dégrader malgré les promesses et de l’environnement, qui sera irrémédiablement détruit.

Les entreprises de la mode ont donc maintenant un choix à faire : ignorer leurs erreurs et mettre la tête dans le sable ou saisir l’opportunité de collaborer avec leurs fournisseurs pour lutter contre les produits toxiques.

Nous demandons aux marques de promouvoir un futur sans produits toxiques et de collaborer avec tous leurs fournisseurs afin d’exclure les produits chimiques dangereux de leur chaîne de fabrication et de leurs produits.
De remplacer ces produits dangereux par des alternatives plus sûres.
De faire la transparence sur les pratiques de leurs fournisseurs car les personnes qui vivent à proximité des usines et des rivières ont le droit de savoir ce que contient l’eau.

Aujourd’hui, nous refusons d’accepter, et de simplement consommer. La mode doit changer. À nous de le lui dire !